Archive for mars, 2010

Mer, que nous caches tu ?صيادة وألغاز البحر

vendredi 26 mars 2010

Le 26 mars 2010, Sayada s’est levée avec un épais brouillard, la voilant et attribuant une soupçon de mystère et d’énigme à la pêcheuse. Un paysage londonien s’est installé sur les zones basses de la ville dont le port de pêche.

Sayada est une grande énigme que tous les sayadis déchiffrent chaque jour et qu’y trouvent des scènes de joie, extase voire de deuil et de souffrance…

Le dernier acte en date, remonte au 11 avril passé, où un des marins-pêcheurs de la ville (un jeune dans la trentaine) s’est décédé aux larges du grand bleu, entre Sayada et l’île de Kuriat en chutant de son embarcation dans les eaux et ne pouvant plus remonter à bord.
La mer était plus forte ce jour là. Elle ôté la vie à Amor laissant derrière lui une petite famille dans la peine et dans le deuil…

Cette famille et les proches du regretté défunt, regarderont-ils la mer du même œil qu’auparavant ? Aimeront-ils encore la mer ? On ne pourra dire point sur ce sujet. Quant à la mer, elle est toujours là prête à inscrire d’autres scènes de la vie…
Bon vent à bon entendeur…

Développement durable (التنمية المستدامة)

mercredi 17 mars 2010

« …La mer est notre ferme(*). » disait quelqu’un sur la principale activité des Sayadis  ; la pêche. Mais avec ce qu’on constate sur la plage mitoyenne au port de pêche, est un choquant paysage de désolation et d’inquiétude… Des déchets éparpillés sur la longueur de la plage et qui côtoient même les habitations (voir photo).
Hormis les effets néfastes sur la faune et la flore aquatiques, ces déchets sont d’une extrême nuisance environnementale, alors il me semble urgent de procéder à une solution durable à ce problème dans les plus brefs délais.
Aussi, il faut se rappeler que nous ne sommes pas très loin de la saison estivale, et si rien n’est arrêté, nous risquerions d’avoir des invasions monstrueuses d’insectes et compagnies et les balnéaires qui se rendent tous les ans à cette plage (si si, il y en a beaucoup de  qui s’y rendent pour la baignade, la pêche à la ligne…) seraient assez déçus de constater cette pollution indésirable.
Alors, j’appelle tous les responsables à trouver une solution à ces déchets qui se stagnent d’une semaine à une autre et de retrouver un environnement digne de notre chère Sayada et ses habitants.
e finis mon article par cette belle photo du port de la pêche, et on aimerait bien que toute Sayada soit aussi belle 🙂

(*) = البحر هنشيرنا